La propriété CAILLEBOTE

, par Ronald HELLER

Sortie Culturelle du 10 octobre 2019, la visite de la propriété CAILLEBOTE

Mais qui était Gustave Caillebotte : Né à Paris le 19 août 1848 et mort à Gennevilliers le 21 février 1894, est un peintre français, collectionneur, mécène et organisateur des expositions impressionnistes de 1877, 1879, 1880 et 1882.

Le peintre : Les historiens d’art qualifient volontiers cet artiste « d’original et audacieux »24. Son œuvre est originale par ses thèmes, notamment l’ennui et l’extrême solitude des personnages dans le nouveau Paris haussmannien, mais aussi à la campagne et au sein même du cercle familial — même dans ce cadre privilégié, les personnages semblent indifférents les uns aux autres. Son œuvre est également originale par sa technique : elle semble proche de l’art photographique, mais, par de puissants effets de perspectives tronquées, les distances et les premiers plans sont écrasés et l’horizon absent, d’où la perception instable et plongeante de ses toiles (Caillebotte invente la vue en plongée dans la peinture). Au point de vue de la finition et de la composition de ses œuvres, on peut dire que Caillebotte est à la première époque de l’impressionnisme ce que Seurat représente pour la seconde période (néo-impressionnisme et pointillisme). Les effets de vue plongeante s’imposent dans son art à travers les personnages au balcon et ses vues en surplomb des rues et des boulevards.

Collectionneur et mécène :
Dès le moment où Caillebotte se lie aux impressionnistes, il ne cesse de les aider et ce toujours discrètement. Il achète des toiles aux artistes, finance les expositions impressionnistes. Mais au-delà du mécène et du collectionneur, une amitié durable le lie à la plupart des peintres impressionnistes, comme en témoigne sa correspondance. Il aide financièrement ses amis qui sont dans le besoin, sans nécessairement acheter des toiles, il loue un appartement à Claude Monet près de la gare Saint-Lazare, lui fournissant l’argent nécessaire à l’achat de matériel pour la peinture. Il ne cesse d’aider Camille Pissarro. Auguste Renoir et le collectionneur sont très proches puisque dès 1876, Caillebotte en fait son exécuteur testamentaire et, en 1885, il est le parrain de baptême du fils aîné de Renoir (Pierre) et d’Aline Charigot, sa future épouse.